Pffff je n’ai pas le temps… Je suis débordée… j’ai encore couru toute la journée !

Eh oui, chez Mme Parfaite on veut gérer son temps et faire rentrer dans nos 24h quotidiennes une journée de 32h… au moins !

Pas étonnant que l’on se sente ensuite vidée de notre énergie vitale et que l’on s’écroule comme une vieille chaussette sur le canapé une fois les enfants couchés… la vaisselle faite, les vêtements repassés et rangés et l’appel passé à la meilleure amie qui n’a pas le moral, etc, etc.

Et après que se passe t-il ??? Arrive notre super copine : Madame la Culpabilité… Ah oui celle-là elle ne perd jamais une bonne occasion pour débarquer là où on ne l’attend pas !

S’en suit ainsi une série de sentiments variés mais bien entendu négatifs : « c’est terrible, je suis incapable de gérer mon temps », « je suis trop surmenée, vais-je pouvoir gérer ce stress ? », « mes amis ne peuvent pas compter sur moi», « je ne suis pas assz disponible pour mes enfants »…

Et du coup l’estime de soi prend une bonne claque ! Bim !

Comment reprendre le contrôle de notre temps ? Comment changer notre relation avec le temps ? La réponse est simple : qui contrôle qui ? Est-ce le temps qui contrôle votre vie ou bien vous qui le contrôlez? Tout est une question de pouvoir. Posons-nous les bonnes questions et nous trouverons les bonnes réponses à nos problèmes !

La solution est en effet dans notre maîtrise du temps. Maîtrise dans le sens « prendre le contrôle ».

Allez comme d’hab c’est cadeau je vous partage 3 clés concrètes qui vont vous aider à y voir plus clair :

1.Changer son vocabulaire

Par ce processus, nous sortons du statut de victime du temps pour enfin devenir responsable. Dire « je n’ai pas pris le temps de… » c’est s’affirmer à soi-même que l’on avait mieux à faire car, soyons honnête, si nous avions vraiment voulu, nous aurions pu.

Comment faire ?   A chaque fois que vous dites « Je n’ai pas le temps » remplacez le par       « Je n’ai pas pris le temps ». C’est un premier pas, une prise de conscience dans notre relation avec le temps.  Ce qui nous permettra par la suite d’apprendre à dire non et ainsi éviter de décevoir les autres et surtout nous-même. J’aime beaucoup cette phrase que j’avais lue dans un livre et qui m’a marquée : « Vous disposez du même temps qu’on eu Léonardo de Vinci ou MichelAnge… ».

2. Planifier :

Il faut en effet accepter de « perdre » un peu de temps chaque jour pour en gagner. Et planifier, c’est gagner du temps. Une récente étude a révélé qu’en consacrant huit petites minutes par jour à planifier, nous pouvions gagner une heure dans la journée.

L’idée à retenir, pour faire simple, c’est que plus on a de choses à faire, plus il faut prendre de temps pour planifier !

Organiser sa semaine, sa journée en notant ses priorités du jour dans son agenda ou sur des calendriers spécifiques. Le simple fait de jeter un œil sur votre semaine et de noter 3 à 5 priorités pour le lendemain vous aidera à visualiser votre journée, libèrera votre esprit.

Comment faire ? Il existe différents outils comme des calendriers spécifiques, des applis ou juste votre agenda ! Je vous propose ci-dessous un outil par forcément sexy mais qui aide à s’organiser du côté des tâches ménagères (source : blogdudimanche.fr)

3. Apprendre à fixer des limites

Est-ce que vous êtes Madame Oui-Oui pour les autres et Madame Non-Non pour vous ? Si cela vous parle retenez bien cette clé elle est incontournable. J’aime beaucoup à répéter « Dire NON à l’autre c’est dire OUI à soi ». Cette phrase m’a énormément aidée dans la vie à poser mes limites et prendre un peu plus soin de moi. Elle est presque devenue mon mantra !

La raison principale pour laquelle nous trouvons le respect de nos limites difficile est que nous avons peur de la réaction d’autrui. Nous voulons entretenir l’image d’une personne aimable et serviable, nous voulons être aimé tout simplement. Non n’est pas un mauvais mot. Nous pouvons le dire avec amour. En effet, quand nous disons oui alors que nous voulons dire non, cela peut mener au ressentiment de la personne qui nous demande service. Et surtout est-ce que l’on s’aime soi suffisamment quand on ne se respecte pas, que l’on ne s’écoute pas ?

Comment faire ?

On pose une limite en étant clair, ferme, mais surtout respectueux de l’autre. Testez sur des situations qui n’ont pas trop d’impact au début. Par exemple vous êtes invitée à une soirée de démonstration de vêtements. Vous n’avez pas envie d’y aller. Dites Non simplement mais fermement, sans chercher à vous justifier. Vous serez surprise de la réaction de la personne qui sera sans doute compréhensive et ne vous en tiendra pas rigueur. Ensuite, continuez à tester sur des situations qui vous touchent un peu plus. Mais allez-y pas à pas, faites vous confiance. C’est un réel entraînement et vous allez y prendre goût c’est sûr ! C’est à nous de poser nos limites, sans attendre que l’autre les découvre !

Voilà… vous aurez compris je pense que mettre ses limites, ça ne veut pas dire rejeter les autres ou être moins généreux envers eux, ça signifie cesser de se rejeter soi-même et commencer à être plus généreux envers soi. Ce n’est pas de l’égoïsme : c’est de l’estime de soi. Et c’est la base du bonheur.

Allez votre plus gros défi : Vivre POUR VOUS !

A très vite mes belles imparfaites !

Alexia